Produits phytosanitaires : des dépôts sauvages

Le 22/02/2021 à 12:04

« Au cours de ses manoeuvres à l’écluse du Fret, alors que le niveau était bas, l’éclusier a découvert samedi 16 janvier des dizaines de sacs déposés sur la berge. Il a vu que le produit était noté dangereux, il m’a tout de suite prévenu », explique Yoann Grall, maire de Bois-de-Cené. L’élu a fait fermer les écluses pour éviter toute pollution vers la mer. Une quinzaine de pompiers sont intervenus afin de retirer les sacs du milieu et une analyse de l’eau a été ordonnée « à différents endroits stratégiques qui alimentent le port du Bec et donc le polder de Bouin ». Des résultats partiels d’analyse datés du 21 janvier ne montraient pas de pollution, mais Yoann Grall reste prudent : « Le produit ne se dissout que très lentement dans l’eau et on s’attend à une pollution diffuse sur plusieurs mois. »

ARSENIC

Au total 76 sacs de 1 kilo de produits phytosanitaires ont été retrouvés. Ils contiennent 22,23 % d’arsenic et ne sont plus fabriqués ni vendus en France depuis le début des années 60. Une dizaine de ces sacs était éventrée et la préfecture de Vendée estime que 3 à 4 kilos ont pu être dissous dans le milieu. Dès le 17 janvier, des arrêtés interdisant la pêche et la consommation de coquillages ont été pris à la demande de l’agence régionale de santé. Une « mauvaise publicité » qui tombe mal pour la profession ostréicole, « dont les marchés sur le mois de janvier se portaient plutôt bien », relate Jean-Yves Le Goff, président du CRC. Une enquête a été ouverte.

Sandrine Pelletier