Équilibrer tourisme et conchyliculture

Le 09/06/2021 à 10:19

Maintes fois abordée ces dernières années, la requalification de la pointe de la Fumée, à Fouras, semble désormais sur de bons rails. Le département a voté une autorisation de programme de 13,5 millions d'euros en novembre puis l'avant-projet a été validé en janvier par le conseil municipal. Le projet de labellisation Grand site de France pour l'estuaire de la Charente a sans doute permis d'accélérer le mouvement.

Au programme, une renaturation du site et une promenade de 1,4 kilomètre comprenant le belvédère, avec sa vue incontournable sur l'île d'Aix et Fort Boyard, le jardin du littoral mais aussi le quartier des ostréiculteurs et le rivage de la Vierge. Parmi les élus fourasiens, le premier adjoint Daniel Coirier, président du comité régional conchylicole (CRC) de Charente-Maritime, veillera à la continuité de l'activité économique. Rien à voir avec un précédent projet, il y a une quinzaine d'années, quand plusieurs professionnels – dont Daniel Coirier, alors vice-président du syndicat des ostréiculteurs professionnels de Fouras et de l'île d'Aix – étaient montés au créneau. Il faut dire que le partage de l'espace peut s'avérer sensible sur ce site, haut-lieu de captage, très couru par les vacanciers pour emprunter la navette en direction de l'île d'Aix. La population de Fouras passe de 4 000 à 35 000 habitants en été, quand la pose des collecteurs bat son plein. Ce projet doit donc permettre d'améliorer les flux de circulation entre ostréiculteurs et vacanciers.

Selon le président du CRC, la valorisation de la pointe de la Fumée devrait aussi doper l'activité des professionnels spécialisés dans la vente directe, sans aseptiser pour autant le site comme certains ont pu le craindre. Pas question, donc, de retirer le matériel (collecteurs, poches, tables, etc.) stocké devant les établissements. « Il faut garder l'authenticité de notre profession, c'est un lieu de vie, en mouvement, et il doit le rester, insiste Daniel Coirier. Le captage y est beaucoup plus important que dans les années 1970 ou 1980 parce qu'il y a un réel besoin professionnel et que le site de Fouras est bien placé. Ce n'est pas à négliger mais plutôt à valoriser. » La première phase des travaux devrait débuter en octobre 2022.