L'emploi des allocataires du RSA aidé

Le 09/06/2021 à 10:14
"La fromation et l'accompagnement du salarié sont indispensables", précise Olivia Rotelli.

Créé par le conseil départemental de la Manche en février 2018, le contrat d'insertion emploi Manche aide financièrement les employeurs de personnes allocataires du revenu de solidarité active (RSA). « Il s'agit d'une aide financière à l'embauche pour les entreprises qui recrutent une personne bénéficiaire du RSA, pour un CDD d'au moins six mois ou un CDI », explique Olivia Rotelli, responsable du pôle insertion vers l'emploi du département.

Le conseil départemental finance 50 % du Smic horaire brut pour un contrat d'au moins six mois et jusqu'à un an. Le salarié doit être recruté pour 20 heures minimum mais la durée hebdomadaire peut aller jusqu'à 35 heures. « L'entreprise, en échange de cette aide, doit fournir au salarié un réel soutien, à la fois en formation et en tutorat, insiste Olivia Rotelli. C'est la condition sine qua non. La formation et l'accompagnement du salarié sont indispensables. »

La profession conchylicole dispose ainsi d'un nouvel outil évolutif pour faire face au déficit chronique de main-d'œuvre qu'elle connaît. « C'est une vraie opportunité pour les professionnels, assure Jean-Marc Jacquette, chargé de projets au comité régional conchylicole. J'espère qu'ils s'en empareront car cette aide est unique sur le territoire. Un mailing sera adressé à tous les concessionnaires pour leur faire part du dispositif. »

Côté pratique, l'entreprise établit dans un premier temps une fiche de poste et choisit le tuteur qui accompagnera le salarié pendant un an. Le tuteur, lui-même salarié de l'entreprise, est chargé de former et d'accompagner le nouveau venu au sein de la société, sur une durée moyenne minimale de deux heures hebdomadaires. L'employeur verse nécessairement une prime au tuteur, dont 50 % sont là encore pris en charge par le conseil départemental. Cette aide est plafonnée à 80 euros mensuels.

Le référent insertion emploi du département sélectionne alors plusieurs allocataires du RSA correspondant au profil qu'il soumettra au chef d'entreprise ; ce dernier choisira le mieux adapté au poste parmi les candidatures proposées.

« L'avantage est que le réfèrent emploi est l'interlocuteur direct du chef d'entreprise, poursuit Olivia Rotelli. Si des problèmes adviennent, c'est lui qui les règle. Il est l'interface tout au long du contrat. » À ce jour, une centaine de contrats insertion emploi ont été conclus avec des entreprises du territoire et un seul en conchyliculture. Par ailleurs, le département dénombre 8 000 allocataires du RSA.