Tests d'algoculture en eaux tropicales

Le 15/07/2021 à 10:29

Une équipe de recherche de l'université de Chicago a installé la première ferme d'algues marines américaine dans les eaux tropicales, à Porto Rico. Les scientifiques y ont mis en culture des algues rouges à forte valeur commerciale, comme Eucheumatopis isifor-mis, des variétés principalement cultivées en Afrique de l'Est et en Asie, valorisées en biocarburant ou autres bioproduits à forte valeur ajoutée.

Jusqu'à présent, ces algues rouges étaient délicates à multiplier de façon ren-table et leur production limitée à des zones facilement accessibles de la côte. Les cher-cheurs vont cette fois-ci tester une mise en culture offshore et souhaitent quanti-fier les services écosystémiques associés à l'algoculture : la fourniture d'habitat pour d'autres espèces marines et l'amélioration de la qualité de l'eau grâce à l'élimination des excès de nutriments et à la réduction du pH.

Avec cette algoculture en milieu tropical, qui permet une récolte à l'année et non saisonnière, les scientifiques s'attendent aussi à « des saturations plus élevées de la part d'autres organismes marins et des effets des UV, indique Loretta Roberson, la responsable de ce projet. Nous envisagerons aussi les conséquences potentielles d'ouragans ».

Enfin, les côtes méridionales de Porto Rico bénéficient de températures élevées et stables, d'un fort ensoleillement à l'année et de conditions variées en vent et en houle. « Cela fait de cet endroit un banc d'essai idéal pour étudier l'influence des conditions environnementales sur celles biologiques, physiologiques et chimiques des macroalgues cultivées », complète Loretta Roberson.

L'expérimentation s'inscrit dans le cadre du programme Mariner visant à développer les outils permettant aux États-Unis de devenir un acteur de premier plan de la production de macroalgues.