Les exportateurs unissent leurs forces

Le 02/11/2021 à 10:30

Nous avons créé une commission export pour pousser la dématérialisation des certificats sanitaires », explique Jacques Cocollos, producteur et vendeur d'huîtres de Marennes - Oléron et d'Irlande, président de la commission export du CNC. Il souligne les temps d'attente à l'antenne vétérinaire de Marennes qui délivre, en main propre, 80 % des certificats pour l'export français. « La CCI a bien su dématérialiser les certificats d'origine en l'espace de quinze jours au début de la crise sanitaire… »

Jacques Cocollos a pu échanger avec le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie au début de l'été [voir page 20]. « Il est de bonne volonté mais le dossier du choix de l'extranet que nous utilisons a été fait avant lui. Nous avons l'impression de ne pas être dans le même espace-temps que nos interlocuteurs. » La commission est également mobilisée pour faire avancer des blocages à l'export vers le Japon ou le Costa Rica. « Des études ont été demandées mais elles doivent maintenant être validées par l'administration. » La commission a pour objectif d'appuyer le travail déjà réalisé par les permanents du CNC. « Les producteurs ont besoin de se professionnaliser pour défendre leurs intérêts car qui mieux que ceux qui font de l'export a les arguments pour faire comprendre l'urgence de faire avancer certains dossiers ? »

C'est ainsi le cas pour le Vietnam, un marché en pleine expansion mais ouvert à seulement deux exportateurs français. « Nous avons monté des dossiers pour de nouveaux ostréiculteurs depuis 2018, mais une mauvaise compréhension entre les administrations des deux pays bloque le processus. » Une question de terminologie.

En effet, les deux Français pouvant exporter ont été référencés avant 2018, comme producteurs « d'huîtres fraîches ». Mais, depuis, une négociation entre la France et le Vietnam a conduit à exemp-ter les exportateurs « d'huîtres vivantes » de figurer sur cette liste à condition de retremper les huîtres à destination. « Sauf que cela n'a aucun intérêt pour un importateur qui veut pouvoir distribuer directement les huîtres à la sortie de l'avion », souligne le président de la commission export.

Et dans le même temps, FranceAgriMer déboute les dossiers de demande d'inscription sur la liste préexistante en indiquant que cette condition n'est plus nécessaire.

Haude-Marie Thomas